La Belgique ?. Une particratie.



La Belgique ?... Une particratie.



"Il est plus facile en Belgique pour les Présidents des partis politiques de faire parler d'eux avant les élections que de demander l'avis de la population après..."

En Belgique politique, on aime rester entre soi en évitant de demander l'avis de la population puisque le référendum n'existe pas dans ce pays.


Particratie : La toute puissance des partis politiques (des Présidents des partis politiques).

Devenir ministre sans être élu. Distribution "entre amis", fils et filles de untel ou untel du parti untel, des (meilleures) places... et aussi sur les listes électorales,...
Une chance de bonheur pour tous ?!. Très certainement, pour quelques-uns, plus d'argent pour vivre mieux.

Accords avant les élections pour former des majorités, des gouvernements, après avec untel parti plutôt qu'un autre,... Après les élections, négociations (parfois plusieurs mois) entre partis politiques, sans le contrôle du peuple, pour former des majorités qui gouvernent.
Il faut accepter ce choix des (Présidents des) partis politiques même s'il place dans une majorité des partis qui pourraient se trouver dans l'opposition et inversement.

Généralisation du système des "amis des amis à tous les étages" et des "copains d'abord". Clientélisme, copinages,...
Pratiques amplement décrites dans les médias comme s'il s'agissait d'une norme à respecter ("Si je ne suis pas bourgmestre de ..., je quitte le parti". Etc...).

De plus, le référendum (consultation populaire) n'existe pas en Belgique :
en Belgique, on ne consulte pas la population. Le choix politique s'impose toujours.
Une modification de la Constitution belge pour permettre le référendum a été rejetée à la Chambre des représentants par le parti socialiste (PS) et le parti Centre Démocrate Humaniste (CDH). Voir
(PDF).

En Belgique, il reste plus facile pour certains d'aller faire visiter un ancien camp de concentration en Allemagne (socialistes) et pour d'autres de se qualifier de démocrates humanistes que de voter en faveur de l'adoption du référendum au Parlement Belge.

Ce qui pose la question de la réalité de la démocratie en Belgique bien que ce pays se présente comme une démocratie.
Même si l'électeur en Belgique ne fait que valider le choix effectué par un parti politique, il n'a aucune garantie que son "choix" ne sera pas infirmé par les retournements d'alliances entre partis après les élections...
Pour affirmer encore plus la particratie ?.

Une consolation pour la population belge ?. Le vote est obligatoire.

Lien : Belgique-Wallonie.

Savoir plus.



 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :