Pourquoi les Flamands en veulent-ils aux Wallons ?

Publié le par P. Gillon

 

La Belgique reste un pays divisé entre le nord riche (les flamands) habitants la Flandre et le sud pauvre (les wallons) habitants la Wallonie dominée par le socialisme.

  Les "problèmes communautaires" de ce pays sont, quasi journellement, évoqués par les médias. Une question qui pourrait se poser : Pourquoi les flamands en veulent-ils aux wallons ?.

  La différence de culture et de mentalité entre le nord et le sud de Belgique sont évidents. Un habitant du sud de Belgique (Wallonie) donne, dans le document suivant, quelques explications utiles pour mieux comprendre la Belgique. Lire le document (PDF).

  La minorité francophone de Belgique (40% de la population) a-t-elle un avenir lorsqu'elle parle de la Belgique comme d'un pays unitaire alors qu'il s'agit d'un Etat fédéral qui tend de plus en plus vers le séparatisme entre le nord et le sud ?. Y constituer un gouvernement fédéral prend plusieurs mois de négociations, après les élections, entre partis politiques du nord et du sud du pays et relève presque de l'exploit en Belgique.

  Cette même minorité francophone dominée, depuis des décennies, par le socialisme et la peur du séparatisme qui lui ferait perdre l'assistance financière du nord a-t-elle encore une place en Belgique et laquelle; le socialisme ne lui apportant pas la prospérité puisqu'elle connaît le déclin économique depuis des décennies ?.

  Les pays non unitaires comme la Belgique ont-ils encore un avenir à l'heure de l'économie mondiale ?.

  Faut-il changer le système politique belge pour tenter d'obtenir l'unité qui déjà n'existait pas lors de l'indépendance du pays au XIXe siècle ou la séparation apporterait-elle une meilleure solution pour les deux communautés si différentes ?.

  Nous pensons que la Wallonie (sud de Belgique) n'est pas la victime de l'Etat belgo-flamand.

  Si les Wallons, en victimes, voulaient proclamer l'indépendance de la Wallonie, comment pourraient-ils gérer une Nation alors qu'ils n'ont qu'une région en retard de développement économique dominée par la particratie et assistée par les milliards d'euros d'aides européennes dans un malstrom de clientélisme, de copinages, d'inculpations et incarcérations de mandataires publics (socialistes).
Mandataires publics qui y ont mis en place, depuis des décennies, le système des amis des amis à tous les étages, les baronnies locales, le clientélisme, les clans, avec la bienveillante collaboration de tout ceux qui y ont vu un moyen de partager et acquérir le pouvoir (de se servir).

  Les Wallons sont plus les victimes du socialisme et du système des amis des amis à tous les étages mis en place depuis des décennies en Wallonie que d'un Etat Flamand.
Ils ne revendiquent pas à ce jour leur indépendance comme des victimes devraient le faire.
Il y a donc, malheureusement actuellement, très peu d'espoir de voir un changement politique majeur venir de la seule initiative d'un ou plusieurs partis politiques de ce système qui ne connaît même pas le référendum en Belgique.
Adoption du référendum en Belgique refusé au Parlement belge par le parti socialiste (PS) et le parti Centre Démocrate Humaniste (CDH).

  Le choix politique de base consistant à rester en place, entre soi, pour continuer à en tirer profit.

  Il est assez préoccupant de constater, en 2007, que certains en Belgique parlent de démocratie sans (oser) révéler leur identité comme par crainte ou peur.
Le système des amis des amis à tous les étages, le socialisme et la particratie appliquent-ils des sanctions à ceux qui s'y opposeraient trop ouvertement en Belgique ?.
Il suffit peut-être de se placer derrière un nom de parti politique pour imaginer pouvoir le faire (ou le faire vraiment ?) ou de constater la politisation à la Région Wallonne de Belgique, à la Ville, à la Province, à la Commune pour s'en rendre compte.

  Il reste urgent de parler de plus en plus de démocratie et de liberté en Belgique et en Wallonie (sud de Belgique).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article